logo Blog50.com
Blog 50 est un service gratuit offert par Notre Temps

26/06/2006

Depuis quand la numérotation des rues de Paris ???

Aujourd'hui, on nous dit : "passes chez moi, j'habite à Paris telle rue, tel numéro ... " pas de problème j'arrrive !!",
Mais comment faisions nous avant, difficile de trouver une adresse… ????

310 rues à Paris vers 1280, 1 337 à la Révolution, 1 474 en 1848 à 3 750 en 1865, 6 088 en 1997… Il y a désormais un nombre si considérable de voies, de boulevards, d’impasses, de passages et de places qu’on n’imagine pas un seul instant une ville aussi vaste sans noms de rues et surtout sans numérotation d’immeubles. Or, tout cela est fort récent…
Dans son Dictionnaire des rues de Paris, Bernard Stéphane cite une adresse de 1654 ainsi libellée : "A Mademoiselle Louison, demeurant chez Alizon, Justement au cinquième étage près du cabaret de la cage dans une chambre à deux chassis proche Saint-Pierre des Assis."


Les noms des rues sont indiquées à partir de 1728
Jusqu’en 1728, il n’existe ni plaques de rues ni plan. Les rues ont pourtant des noms, mais que ne connaissent que ceux qui les fréquentent : des noms souvent dus au lieu traversé (Clos-Bruneau), au notable qui y habite (rue Aubry-le-Boucher), au monument le plus proche (rue du Temple), aux artisans qui y travaillent (rue de la Ferronerie), à une particularité (rue de l’Egout) ou à une enseigne remarquable (rue des Jeux-Neufs)… noms souvent déformés au fil des siècles.

C’est en 1728 que le lieutenant de police de Paris ordonne de clouer sur la première et la dernière maison de chaque rue une plaque de rue portant son nom en noir sur fond jaune, plaque remplacée dès l’année suivante par une pierre dure gravée et encastrée dans le mur.

medium_rue037.jpg

Ces pierres seront remplacées en 1823 par des plaques de fer avec des lettres en blanc sur fond noir puis, en 1844, par nos plaques émaillées actuelles, à lettres blanches sur fond bleu.
medium_rue013.jpgmedium_rue020.jpg



Les quartiers sont indiqués en même temps

En 1702, on définit pour Paris un rassemblement des rues en vingt quartiers. En 1728, quand les noms de rues doivent être affichés, le numéro de ces quartiers anciens est souvent gravé au dessus du nom de la rue. En 1789, à cause des élections aux états généraux, on divise Paris en soixante districts. Dès l’année suivante, on redécoupe en 48 sections qui deviennent en 1795 48 quartiers groupés en 12 arrondissements (les vingt arrondissements actuels, divisés en 80 quartiers, ne seront définis qu’en 1860).


Des maisons introuvables
Quelques tentatives ponctuelles de numérotation avaient été faites pour quelques rues dès le XVème siècle, mais les numéros étaient séquentiels des deux côtés : il fallait donc, pour trouver une maison, non seulement indiquer son numéro mais aussi le côté de la rue.
Ce n’est qu’en 1790 qu’on le déclare obligatoire mais on laisse chaque comité de section s’en charger et l’organiser à sa guise. Belle pagaille !

En 1797, un journal publie ainsi cette anecdote : "Deux amis partent à la recherche d’un M. Charles qui demeurait rue Saint-Martin au n° 16. Ils entrent dans la rue par le commencement. Un premier n° 16 s’offre à eux, mais c’est celui de la section : le vrai numéro de la maison qui le porte est le n° 297. Ils poursuivent leur route et aperçoivent un second n° 16, mais c’est celui de l’arrondissement : le vrai numéro de la maison qui le porte est le n° 1206. Avançant toujours, les deux amis rencontrent un troisième n° 16, mais c’est celui qu’avait apposé l’ancienne administration de la voirie : le vrai numéro de la maison qui le porte est le n°132 ! Ils renoncent enfin à ce voyage d’exploration après avoir encore échoué devant un 16 bis."


Enfin des numéros de rues !
Le4 février 1805, un décret ordonne de façon précise la numérotation obligatoire des maisons parisiennes dans un délai de trois mois. Il était temps !
Ce décret fixe tout ce que nous connaissons toujours aujourd’hui : un seul numéro par porte, des nombres pairs pour le côté droit de la rue, impairs pour le côté gauche, le premier numéro commençant à l’entrée de la rue la plus proche de la Seine ( en remontant le cours de la rivière pour les rues parallèles).

À partir de 1847, ce numéro est obligatoirement inscrit sur des plaques en porcelaine émaillée à numéros blancs sur fond bleu, celles que l’on voit toujours dans nos rues.
medium_numeros-emailles.jpg

Il y a parfois des décrets superflus. Mais celui-ci est indiscutablement utile ! Sinon, imaginez un instant une recherche sans numérotation rue de Vaugirard, la plus longue de Paris, avec ses 4 360 mètres...….

Commentaires

Michèle, ta note sur la numérotation des rues est très intéressante. Actuellement, compte tenu du nombre et des noms des habitants, heureusement que tout cela est utile surtout pour les facteurs! et pour rendre visite.
Mes photos du peintre T.Géricault ne sont pas des photos que j'ai prises mais trouvées sur documentation et internet.Bonne soirée Michèle.Bises. Renée

Écrit par : Renée | 26/06/2006

Les commentaires sont fermés.

 
Accueil Blog50 | Créez gratuitement votre blog | Avec notretemps.com | Toute l'info retraite | Internet facile | Vos droits | Votre argent | Loisirs | Famille Maison | Cuisine | Jeux | Services | Boutique