logo Blog50.com
Blog 50 est un service gratuit offert par Notre Temps

09/08/2006

La 1ère ascension du Mont Blanc

medium_titre-ascension-mont-blanc.jpg

Le mont Blanc a été vaincu pour la première fois le 9 août 1786, il y a 220 ans précisément. On a longtemps attribué cette première ascension au Suisse Horace Bénédict de Saussure, mais elle est due à à deux habitants de Chamonix : le médecin Michel Gabriel Paccard et son guide Jacques Balmat.

Une montagne longtemps ignorée…

On a longtemps ignoré à la fois le nom et l’altitude de la plus haute montagne d’Europe. Elle figure longtemps sur les cartes à des emplacements très approximatifs, sous le nom de mont Maudit ou de montagne Maudite, car les neiges éternelles qui couronnent sa cime effrayaient les esprits. On n’imaginait d’ailleurs pas qu’elle puisse être aussi élevée (4807 m)
medium_image-ascension.jpg


Un mont Blanc enfin découvert !

Dans les années 1770, les curieux commencent à découvrir la vallée de Chamonix. Des guides itinéraires sont publiés à partir de 1773. Les gravures représentant le mont Blanc se multiplient, mais c’est dans les années 1780 que son sommet semble présenter de l’attrait pour les visiteurs : un nouveau tourisme est né, le tourisme de montagne, nécessitant progressivement des guides et des porteurs.

Saussure et le mont Blanc : une passion d’enfance

Né en 1740, Saussure est un passionné de montagnes. Adolescent, il a parcouru les montagnes suisses. À dix-neuf ans, il visite les monts du Jura. À vingt ans, il arrive dans la vallée de Chamonix, réputée dangereuse et difficile d’accès. Là, c’est l’éblouissement ! Il revient vingt fois, promettant « une récompense assez considérable à ceux qui [lui] trouveraient une route pour parvenir au sommet » du mont Blanc.

Comment atteindre le sommet ?

La première tentative vraiment sérieuse date de 1775. Elle n’est pas de Saussure, mais de quatre habitants de Chamonix. L’entreprise échoue, se soldant même par un accident (une chute dans une crevasse, heureusement sans gravité). Aucun autre essai n’est tenté ensuite pendant huit ans, Saussure admettant finalement que la cime du mont Blanc est sans doute inaccessible. En 1783, trois Chamoniards se risquent à nouveau, en vain. Un dessinateur des sommets alpins, Bourrit, essaie à son tour quelques semaines plus tard, accompagné de quatre montagnards… et du médecin Paccard, mais sans plus de succès.

Paccard et son guide Balmat, les vrais vainqueurs

Ce Michel-Gabriel Paccard est un Chamoniard de souche, né dans la vallée, et revenu s’y installer après des études de médecine. En 1784, il fait la connaissance de Saussure, qui dit de lui qu’il est « un joli garçon, aimant la botanique et désireux de grimper au mont Blanc ou du moins de l’essayer ».
Paccard renouvelle sa tentative en 1784. Deux autres montagnards tentent à leur tour une nouvelle voie d’accès et parviennent à 450 m du sommet.
Saussure, qui craint désormais qu’on ne lui « vole » son sommet, organise une expédition l’année suivante, scindée en deux groupes. Il a prévu des cordes, des échelles pour franchir à plat les crevasses, des chaussures cloutées pour ne pas déraper sur la glace, des visières en bois pour protéger les yeux de l’éblouissement… Il doit rentrer sans avoir atteint son but, mais l’un de ses compagnons, en retard, a passé une nuit dans la neige en haute montagne, ce qu’on jugeait jusqu’alors impossible.
En 1786, un guide local, Jacques Balmat, cristallier et chasseur de chamois, découvre ce qu’il pense être la bonne route, celle qui permettrait d’atteindre le sommet. À moins que ce ne soit le docteur Paccard, qui assure lui aussi l’avoir trouvée lors de ses courses en montagne. Toujours est-il que les deux hommes partent ensemble le 7 août 1786 et parviennent au sommet du mont Blanc à 18 h 30. Ils s’y attardent une demi-heure, suivis visuellement à l’aide de télescopes par les curieux de la vallée.
Ils reviennent à Chamonix le 9 août, à 8 h du matin.
Bel exploit !!
medium_dent-geant_m.jpg


On va surement y trouver Huguette un de ces jours !!!

Commentaires

On ne peut rien te cacher , il me manque un piolet ! et après :::: écoute la télé toi qui a des connaissances sur le sport , tu seras mise au courant par Henri et Gérard ......

Quel exploit que de franchir le mont blanc et a cette époque !!
Sérieusement , il me semble avoir entendu à la météo que le temps n'était pas très bon près d'Anecy, hier !
ça a du changer depuis :
bisous : huguette !

Écrit par : macary huguette | 09/08/2006

On va essayer de te procurer un piolet Huguette !!!
hier, le temps était beau, nous avons déjeuner dehors à midi . mais en fin d'après midi le vent s'est levé mais il n'a pas plu. Aujourd hui encore un peu de vent mais soleil !!!
bonne journée à Loubélac et à ses habitant(e)s!!!

Écrit par : michka | 09/08/2006

J'ai bien aimé votre note sur le Mont-Blanc.;superbe lieu, où j'ai séjourné, (aux environ...pas dessus)...il y a bien longtemps..
Je suis prés des Pyrénées, c'est pourquoi j'y vais plus souvent.


Bonne soirée et A+ amicalement Hélène

Écrit par : hélène | 09/08/2006

Les commentaires sont fermés.

 
Accueil Blog50 | Créez gratuitement votre blog | Avec notretemps.com | Toute l'info retraite | Internet facile | Vos droits | Votre argent | Loisirs | Famille Maison | Cuisine | Jeux | Services | Boutique