logo Blog50.com
Blog 50 est un service gratuit offert par Notre Temps

30/09/2006

Concours Lépine

INVENTEURS FOUS ET MOINS FOUS

Aujourd’hui 30 septembre, le concours Lépine a 105 ans.

medium_img-inventeur.jpg


medium_lepine.gif
Louis Lépine ne fut jamais un inventeur, si ce n'est... d'un concours d'inventeurs!
Né à Lyon le 6 août 1846, il y passa toute sa scolarité, qu'il compléta par deux années d'Université en Allemagne. Il fit toute sa carrière dans l'Administration: sous-préfet de Lapalisse, de Montbrison, de Langres, puis préfet de l'Indre et de la Loire, il devint préfet de police de la Seine en 1893.
En 1901, il crée un Concours-Exposition, qui deviendra le Concours Lépine que nous connaissons aujourd'hui.
Cette exposition annuelle des meilleures inventions du pays est passée à la postérité comme un bric-à-brac de créations tantôt géniales tantôt dérisoires. Il faut dire que les inventeurs passent depuis des siècles pour des rêveurs un peu fous…


Voici quelques inventeurs dont les noms ont survécu

Certains créateurs survivent à travers les noms de leurs inventions, comme
. Samuel Colt (1814-1862), qui mit au point le premier pistolet à barillet ;
. John M. Browning (1855-1926), qui créa les pistolets automatiques portant désormais son nom
. l’ingénieur Rudolf Diesel (1858-1913), qui inventa le moteur thermique ;
. Guillaume Massicot (1797-1870), qui imagina la lame à découper papiers et cartons ;
. Joseph et Etienne Montgolfier, qui réalisèrent en 1783 les premiers ballons à air chaud ;
. Samuel Finley Morse (1791-1872), inventeur de l’alphabet qui porte son nom ;
. le bijoutier Georges-Frédéric Strass (1700-1773), inventeur des faux diamants…

Le technicien qui améliore son outil…

Beaucoup d’inventeurs sont des professionnels qui ont su réfléchir à leur métier et en améliorer les outils :

. l’agronome J.-E. Alix inventa au XIXe siècle des charrues mécaniques capables de creuser jusqu'à 1 m de profondeur ;
. l’ingénieur des mines Aristide-Balthazard Bérard (1811-1886) créa des appareils d’épuration de la houille ;
. le médecin Jules Chéron (1837-1900), construisit l’ophtalmomicroscope ;
. le pharmacien Omer-Bertin-Joseph Duhamel mit au point des moyens de désinfection des eaux ;
. le vice-amiral François-Ernest Fournier (1853-1935) inventa un instrument pour régler les compas en mer…

L’inventeur qui sacrifie tout…
On imagine souvent que le créateur sacrifie tout pour parvenir à ses fins. C’est rare, mais cela arrive.

. On connaît l’histoire du céramiste Bernard Palissy (1510-1590) qui brûla ses meubles et le plancher de sa maison pour découvrir le secret de l’émail et de sa fabrication.
. L’ingénieur Philippe de Girard (1775-1845) consacra ainsi toute sa fortune à créer une machine à filer le lin, invention pour laquelle Napoléon Ier avait promis un million de francs. La chute de l’Empire le condamna à la misère ; il dut partir en Pologne où ses compétences furent reconnues : un gros centre textile polonais porte désormais le nom de Girardow.

et … celui qui renonce alors qu’il touchait au but…

D’autres renoncent en croyant leur idée impossible alors qu’il ne manque que quelques améliorations décisives… .
. En 1856, en observant le vol des albatros, le marin Jean-Marie Le Bris crée une machine à mi-chemin entre le planeur et le cerf-volant. Il tente plusieurs fois de voler dans les airs et renonce après s’être brisé les jambes. Quelques années plus tard, en 1872, Clément Ader (1841-1925) réussit à se soulever du sol avec un engin garni de plumes d’oiseaux. En 1890, c'est de cinquante mètres qu'il s'envole. Mais, de prototypes insatisfaisants en essais médiocres, l’inventeur découragé détruit ses travaux et considère finalement qu’il est impossible de « faire voler l’homme comme un oiseau ».

… et celui qui meurt dans la misère

L’image de l’inventeur de génie qui meurt dans la misère est un cliché répandu. Parfois, c’est tout simplement parce que les créations ne valent rien ;
. Le chanoine Étienne d’Arnal (1733-1801) invente ainsi quantités de machines mécaniques inutilisables qui lui valent de mourir dans le dénuement.

D’autres fois, c’est le coût des recherches et l’absence d’aides financières qui consument la fortune du créateur.
. Émile Baudot (1845-1903) par exemple, inventeur du système de télégraphe multiple, avait mis son invention à la disposition de l’État mais ne put compter dans ses recherches sur l’aide du gouvernement. Il dut même engager au Mont-de-Piété la médaille d’or reçue à l’Exposition de 1878 ! Et ce n’est qu’après sa mort que lui vint une reconnaissance symbolique : l’unité de transmission est appelée le “Baud”.

S’y ajoute parfois l’hostilité des concurrents.
. Claude Chappe (1763-1805), l’inventeur du télégraphe, à bout de résistance devant le manque constant de subsides et les controverses l’opposant à ses concurrents jaloux, se suicide ainsi en se jetant au fond d’un puit. Il avait pourtant été proclamé en 1794 « bienfaiteur de la patrie » !

Le savant éclectique et génial…
Enfin, il y a des esprits qui semblent embrasser l’univers et laisser leur créativité s’exercer dans tous les champs possibles.
Le marin angevin Ernest Bazin (1826-1898) inventa ainsi les objets les plus divers : un décortiqueur de céréales, un indicateur pour la cuisson des sirops, un lit pneumatique pour les hôpitaux, une foreuse circulaire et tubulaire qui servit au percement du Mont-Cenis, une « charrue fertilisatrice par l’électricité », un fusil électrique, une lanterne électrique sous-marine, un signal d’alarme…
Quant à Nicolas Conté (1755-1805), il réalisa un outil pour la frappe des monnaies, un procédé de blanchiment des toiles, des enveloppes vernies imperméables, un crayon de plombagine (Le nom Comté existe d’ailleurs encore sous forme de marque de crayons).

Enfin, le souvenir de quelques rares génies universels, comme Léonard de Vinci, passe les siècles.

Commentaires

Ts les ans ,je me délecte des trouvailles parfois tellement farfelues présentées , mais quand ça sort du lot, les réussites et les résultats sont formidables . Ta note très bien détaillée et précise est là pr ns le prouver , Framboisine

Écrit par : framboisine | 30/09/2006

j'ai pas le temps de tout lire mais je vais revenir juste un petit coucou pour te dire que miche a mis un mot très gentil sur mon blog a propos de tes yeux... et c'est aussi un moyen pour que tu me rendes visite ... bises - marie france

Écrit par : marie-france | 30/09/2006

Ce sont toujours des rappels intéressants que tu nous donnes ici, rappels ou surtout découvertes!!!C' est clair, précis et instructif!
Bon week-end,
Jean-Claude

Écrit par : Jean-Claude | 30/09/2006

Ta note sur Louis lépine est bien documentée. A chaque Foire internationale de Lyon, il existe des stands : Concours lépine avec présentation des nouveautés.Bonne journée.Amitiés.Renée

Écrit par : Renée | 30/09/2006

on a tous des idées géniales dans un éclair ou dans un rêve.

le problème est de s'en souvenir et de concrétiser.

Dominique

Écrit par : dmerlen | 30/09/2006

Ce que j'admire le plus dans tous ces inventeurs géniaux qui ne voient pas toujours développer leur invention, c'est leur imagination qui leur a fait faire clic un jour pour créer quelque chose d'un peu "fou", et ça c'est formidable...
Amitiés
Jean-Louis

Écrit par : Jean-Louis | 01/10/2006

Les commentaires sont fermés.

 
Accueil Blog50 | Créez gratuitement votre blog | Avec notretemps.com | Toute l'info retraite | Internet facile | Vos droits | Votre argent | Loisirs | Famille Maison | Cuisine | Jeux | Services | Boutique