logo Blog50.com
Blog 50 est un service gratuit offert par Notre Temps

25/01/2008

Une cage .. pour Christian

Ces photos, je les ai prises à BALI en Indonésie. Ces beaux coqs "pomponnés" partaient au combat ...

medium_coqs_indo_2.2.jpg

medium_coqs_indonésie.2.jpg


On n'a pas voulu assister à un combat de coqs, mais voilà comment çà se passe !!!

Autrefois , les combats de coqs étaient fréquents et chaque village en organisait.
Depuis 2005 ils ne peuvent de par la loi qu'avoir lieu lors de certaines importantes festivités religieuses, et cela encore que de manière très contrôlée.

Cependant, dans les montagnes, il arrive encore fréquemmentt que l'on tombe sur un combat de coqs "illicite", un grand nombre de badauds au bord de la route en signale généralement la présence.
Le combat se déroule dans une arène carrée d'environ 6 mètres.

medium_combat_de_coqs_11.jpg


Une partie se compose de 9 ou 10 matchs. ils se déroulent de la même manière.
Entre deux matchs, une dizaine d'hommes pénètrent dans l'arène. Chacun porte un coq et part à la recherche de l'adversaire idéal. Toute cette phase se déroule le plus discrètement possible, calmement et indirectement. Une atmosphère de dissimulation imprègne les lieux où viennent de se dérouler un combat sanglant, et où l'on prépare le suivant.

Une fois les deux prochains adversaires déterminés, on attache à chaque coq son éperon. Leur longueur peut varier de dix à douze centimètres. Leur fixation requiert un savoir faire particulier, et chaque village ne compte que 5 ou 6 éperoniers. L'homme qui attache les éperons est également celui qui les fournit, et si le coq qu'il équipe est vainqueur, le propriétaire lui donne la patte à éperon du vaincu.
Des rites sont bien définis : Les éperons ne sont aiguisés que les nuits de pleine lune, ou au moment des éclipses. Ils doivent aussi être dérobés aux regards des femmes.
medium_combat_de_coqs_6_éperons.jpg


Les deux coqs armés, sont mis face à face au milieu de l'arène. Les deux hommes qui les manipulent ne sont pas forcément les propriétaires.
medium_combat-de-coqs-.jpg


Une noix de coco percée d'un trou est placée dans un seau d'eau. Le laps de temps nécessaire à ce qu'elle coule (environ vingt secondes) est ponctué au début et à la fin par un coup de gong. Il marque également une période où les manipulateurs n'ont pas le droit de toucher aux coqs. Si les animaux ne se sont pas affrontés au cours de cette période, on les reprend en main.
Ils bénéficient de stimulations variées : on fait gonfler leurs plumes, on étire leurs ailes, on les insulte. Puis on les remet au milieu de l'arène et le processus recommence. S'ils refusent toujours de se battre, on a recourt à une cage en osier dans laquelle on place les deux protagonistes, et en principe ils engagent alors la bataille.

A partir du moment où un coup décisif semble avoir été porté par un des coqs, son manipulateur le saisit aussitôt pour lui éviter un coup en retour. Sans quoi le match finirait dans une entretuerie où les 2 coqs s'étriperaient dans un corps à corps final.

medium_combatcoq1.jpg

Les coqs sont dans les mains de leurs manipulateurs. on met la noix de coco jusqu’à 3 fois dans le seau, après quoi on remet les coqs sur pattes. Il faut que celui qui ait donné le coup puisse tenir debout. Auparavant, le manipulateur du coq blessé a frénétiquement travaillé sa bête.
En effet, la règle est limpide: si un coq peut marcher, il peut combattre, et donc tuer. L'important est de savoir lequel va mourir en premier.
Toutes ces règles sont notées sur des feuilles de palmier, transmises de génération en génération, éléments de la tradition générale des villages, tant juridique que culturelle.
Lors d'un combat, l'arbitre l'homme à la noix de coco) est chargé de faire appliquer ses règlements, et son autorité est absolue et incontestée. Seuls remplissent ces fonctions des citoyens extrêmement solides et dignes de confiance mais aussi, vu la complexité du code, supérieurement instruits. Ils sont en fait à la fois juges, rois, prêtres et agents de police.
Sous sa direction, la fureur du combat reste dans des limites civiques et légales.

medium_comba_coqs.jpg


Des paris ont cours durant le combat de coqs.

Les parieurs sont les deux propriétaires, l'arbitre y joue le rôle de surveillant et de témoin publique.
Des paris peuvent aussi être engagés par les spectateurs autour de l'arène. Les excités du pourtour crient , c'est une offre publique avec accueil public. Le donneur, qui sollicite le pari, signalera l'importance de sa mise en tenant un certain nombre de doigts écartés devant son visage
Au moment où les manipulateurs vont lâcher les coqs, la clameur prend une ampleur presque frénétique puis c'est le calme soudain au moment où le combat s'engage.
A la fin toutes les mises sont immédiatement payées
Voila en ce qui concerne le déroulement d'un combat.
Jusque là, ce dernier consiste toujours en un jeu d'argent basé sur un duel entre deux volailles. Pourtant c'est en apparence seulement que des coqs se battent ici. En réalité, psychologiquement, les hommes s'identifient profondément à leurs coqs. le coq est un symbole masculin très fort. Le combat de coq est aussi une des seules activités publiques strictement masculine, où la femme n'a pas sa place.

medium_-Combat-de-coqs-1.jpg

Commentaires

Bonjour Michka.

Pour moi, c'est une véritable horreur, à la TV je ne peux pas regarder de telles images. Coeur trop sensible ! Au 21è siècle l'homme est toujours aussi absurde ....

Bonne journée dans ta belle Savoie. Chez nous, c'est le brouillard hivernal.

Écrit par : judith | 25/01/2008

Chacun a des coutumes barbares . Pour moi je n'irais pas y assister non plus ; à une corrida encore bien moins !
A une course d'escargots là ça me va , mais il faut être patient ! Bonne journée Michka ! a bientôt ! huguette

Écrit par : macary huguette | 25/01/2008

Pauvres femmes;zut,excuses moi,je voulais dire pauvre coqs.Bises Michka,toi qui n'as peur de rien.

Écrit par : heraime | 25/01/2008

Oh je n'irai pas voir ça , pauvres bêtes !!
Bonne soirée Bises de Nicole

Écrit par : Nicole | 26/01/2008

j'arrive... prépare le coq au vin.....
Bisous et bon dimanche
ANNIE

Écrit par : Maminie | 26/01/2008

Bonsoir Michka,

Les cages de tes coqs sont bien plus imposantes que les cages à grillons. Tu relates fidèlement les combats. Je ne savais pas qu'en Indonésie, un des combattants était toujours tué ! J'ai connu un éleveur de coqs de combat en Martinique, qui prenait un grand soin de ces pensionnaires, chacun dans une cage sans voir les voisins. Entrainement tous les jours contre un leurre, combats avec les autres sans éperons, avec des protection aux ergots, pour ne pas blesser, mais pour entretenir l'agressivité.
Les plumes des pattes sont enlevées, et avant le combat, elles sont passées à l'alcool ( Rhum) pour raffermir la peau, puis huilées pour faire glisser l'éperon adverse. On verse aussi une petite cuillère de rhum dans le bec.
Et le combat a lieu dans un enclos fermé d'une natte circulaire en raphia. Mais on ne va pas jusqu'à la mise à mort. Le coq qui fuit est le perdant. Les paris sont pris, comme en Indonésie, et payés sur le champ.
C'est dans la coutume locale, même si c'est interdit !

Bises du grillon

Écrit par : christian | 26/01/2008

Je n'irai pas voir tous ces combats coqs, corridas, et autres matchs de boxe, catch ... les gladiateurs des temps "modernes"
Ma voisine a un coq qui défend ses poules lorsqu'il voit un danger, il écarte ses ailes et les poules arrivent ... super joli !

Écrit par : Biche | 27/01/2008

combat de coqs, de taureaux, de chiens ou d'hommes, même combat: l'horreur!

Écrit par : framboisine | 27/01/2008

J'ai grimacé tout au long de l'article... Beurk ! brrrrrrrrr! ouh!
Oui, il y a des coutumes locales difficiles à éradiquer... Bises de miche

Écrit par : miche | 01/02/2008

Les commentaires sont fermés.

 
Accueil Blog50 | Créez gratuitement votre blog | Avec notretemps.com | Toute l'info retraite | Internet facile | Vos droits | Votre argent | Loisirs | Famille Maison | Cuisine | Jeux | Services | Boutique