logo Blog50.com
Blog 50 est un service gratuit offert par Notre Temps

10/02/2009

Une belle reconversion ...

Au sommet du Salève, il dorlote ses chèvres

"Le Salève" est une montagne des Préalpes située dans le département de la Haute-Savoie En contrebas du versant nord du Salève, se trouve l'agglomération suisse de Genève

medium_saleve.jpg



Elles sont noires, blanches ou brunes… et . c’est pour ces 38 chèvres que ce jeune coiffeur a élu domicile au sommet du Salève il y a 4ans.

medium_chevre.jpg


A tout juste 26 ans, il est le seul chevrier installé sur la montagne des Genevois.

Pourtant, sa compagne et lui n’étaient pas vraiment destinés à mener une vie de bergers. Il est coiffeur en Suisse et son amie termine une formation de préparatrice en pharmacie.

medium_BERGER_SALEVE_SAPPEY_06.gif


C’est un voyage de 2 mois en Amérique du Sud qui les pousse à se reconvertir.
«Nous avons compris qu’ici, nous avions tout. Et que là-bas, au Pérou, en Bolivie, ils faisaient tout avec rien», racontent ils.

A leur retour, le jeune homme est transformé. Il réalise alors l’un des plus grands souhaits de son père: il reprend les rênes de sa ferme, sur le Salève.
Pour eux , qui n’ont aucune expérience, les débuts sont difficiles. «Quand nous avons acheté nos chèvres, nous sommes restés immobiles au moins une heure, à les regarder sans dire un mot. Nous étions un peu paniqués», se souviennent-ils.

medium_chevre_troupeaut6.jpg


Grâce à quelques heures de cours, aux conseils de sa mère et à des jours entiers de labeur, le jeune homme commence à se forger au métier de fromager. Avec sa compagne, ils apprennent, un peu sur le tas, les techniques de traitement du lait de chèvre.
«Au début, nous commettions des erreurs. Nous jetions des fromages car nous pensions qu’ils étaient avariés, alors que ce n’était pas le cas», se rappellent-ils en riant.

medium_yomme_chevre.jpg

Peu à peu, ils apprennent à guérir les petits bobos de leurs protégées ,se familiarisent aussi avec leur caractère, avec les spécificités de chacune, ilsl leur donnent des petits noms. «Un troupeau, c’est un peu comme une classe de gamins»,.
medium_chevres.jpg


Avec 40 chèvres, 2 boucs, 2 vaches et leur fidèle chien de berger, ces jeunes chevriers commencent à pouvoir vivre de leur fromagerie qu’ils vendent sur les marchés genevois et de France voisine

Dans quelques jours une soixantaine de cabris s’apprêtent à naître. Jour et nuit, ils veilleront, il y aura des mères à assister pendant l’accouchement, des petits à nourrir au biberon, 3 fois par jour.

medium_chevreau.jpg


medium_chevre_chevreau.jpg


Pour le petit chevrier, «la situation n’est pas évidente, mais ... nous vivons une belle vie » !!!

medium_chevreau-l.jpg

Commentaires

J'adore cette histoire , je leur souhaite de réussir dans leur entreprise , près de la nature .C'est un travail , mais aussi une joie de vivre ainsi , avec ce charmant troupeau .une occupation à temps plein , surtout avec la venue des petits chevreaux .
J'espère que leur fromage est apprécié .....
Merci Michka , pour cette note et les belles photos qui l'accompagnent ... bonne journée . bises huguette

Écrit par : macary huguette | 10/02/2009

des précurseurs du changement de monde !
peut-étre en tout cas une belle et saine idée
amitiès

Écrit par : ventdamont | 10/02/2009

Une belle histoire, espérons que leur entreprise perdurera , si la qualité y est , pas de problèmes , c'est courageux et a la fois cela montre une belle envie de vivre autrement

Jack

Écrit par : jack | 10/02/2009

Très bien ces jeunes !!!
Je leur souhaite vraiment de réussir ....
Ceci dit , coiffer 40 chèvres et tailler deux boucs ça ne doit pas être facile ..et je ne te parle même pas des 84 paires de moustaches ..
Bonne journée..

Écrit par : Zorg | 10/02/2009

superbe histoire bien sympa je prendrais bien un petit bout de fromage en passant

Écrit par : bernadette | 10/02/2009

J'ai le goût du fromage qui me vient à la bouche rien qu'en le voyant!

dominique

Écrit par : papydompointcom | 12/02/2009

je leur souhaite bonne chance aux deux "jeunes". Rude apprentissage certes, mais la satisfaction qu'il en retire vaut certainement plus que la peine qu'il se donne.
Bonne nuit et à bientôt
Bises
ANNIE

Écrit par : Maminie | 13/02/2009

Bonsoir

Il vont réussir, c'est certain, au prix d'un travail de tous les jours, avec un pincement au coeur quand il faudra se séparer des petits chevreaux nés de l'année, vers Pâques.
Je connais ici un couple qui a fait le même choix, qui vit de ses fromages, de quelques poules et d'un peu de raisins. Le mari fait les marchés, la femme tient la vente sur place et tous deux se partage le travail de la traite, des soins, de la mise bas et de la gestion du fourrage et de la nourriture.

Ils sont heureux. Que demander de plus !
Le prix : 1.4 Euro le fromage

Bises du grillon.

Écrit par : christian | 16/02/2009

Les commentaires sont fermés.

 
Accueil Blog50 | Créez gratuitement votre blog | Avec notretemps.com | Toute l'info retraite | Internet facile | Vos droits | Votre argent | Loisirs | Famille Maison | Cuisine | Jeux | Services | Boutique