logo Blog50.com
Blog 50 est un service gratuit offert par Notre Temps

04/04/2006

Coucou .. c'est le Printemps !!

HISTORIQUE DU COUCOU


La première horloge à coucou fut construite par Franz Anton Ketterer dans la petite localité de Schonwald, près de Triberg., en Forêt Noire.
Ketterer réussit le premier à imiter dans une horloge le chant naturel du coucou au moyen de 2 soufflets dont chacun produit un son différent. Au départ, il voulait imiter le chant du coq mais n'y parvenant pas, il a simplifié et s'est inspiré des orgues d'églises.

L'horlogerie se développa très rapidement en Forêt Noire au cours des années qui suivirent.
Faisant preuve de génie inventif, d'habileté et de dextérité, les habitants de la région occupaient les longs mois d'hiver à exécuter de manière artisanale, dans leurs fermes ensevelies sous la neige, des horloges à coucou richement décorées de sculptures en bois les plus diverses : feuillage avec fruits, animaux de la forêt, scènes de chasse, étables avec coucou dans le grenier, mais aussi chalets de toutes tailles avec toujours de nouvelles animations : danseurs, animaux,colporteurs d'horloges,roue de moulin, bûcheron, scieurs de bois, dame sonnant la cloche pour le repas, buveurs de bière? Toute cette variété de décors a contribué au succès de cette pendule à coucou qui est devenue le symbole de la Forêt Noire.

Les horloges à coucou fabriquées en hiver étaient vendues les mois d'été à l'occasion de longs voyages dans toute l'Europe. Les alertes négociants d'horlogerie de la Forêt Noire cheminaient sans cesse, vêtus de leur longs costumes traditionnels et portant sur leur dos de grands châssis contenant les horloges à coucou et aussi d'autres pendules diverses.

Ce vieux métier artisanal s'est développé pour devenir aujourd'hui une industrie florissante.

30/03/2006

Qui suis-je ??

Je suis petit, je suis noir et j'ai une échelle sur le dos ??
Eh oui, c'est moi "Le petit Ramoneur Savoyard"

Voici mon histoire :

Au XIXe siècle, la tradition des petits ramoneurs savoyards amenait certains enfants de Savoie à partir sur les routes de France pour aller ramoner les cheminées dans les villes, afin de fuir la pauvreté des familles nombreuses. Le petit ramoneur est devenu l'emblème joyeux et coquin des Pays de Savoie.

Le ramonage était mal payé, mais les parents des familles pauvres devaient accepter que leurs enfants fassent ce travail. Départ le jour de la Saint-Gras et retour l’année suivante, à la belle saison. Dès 6 ans, les enfants sillonnaient à pied les routes de France, avec le maître ramoneur qui les a enrôlés...

Ils ramonaient avec un hérisson, mais ils pouvaient aussi grimper à l’intérieur du conduit de cheminée pour la racler. En arrivant en haut, ils criaient « Haut en bas ! ». Une échelle de 2 mètres leur permettait d’accéder à l'ouverture en bas de la cheminée. La suie, récupérée dans des sacs, était revendue à des usines.

Le maître ramoneur imposait 14 heures de travail par jour toute la semaine. S’ils voulaient aller à la messe le dimanche, ils devaient en acheter ce droit à leur patron. Les maîtres ramoneurs étaient, la plupart du temps, d’anciens ramoneurs trop grands pour grimper dans les cheminées et se trouvaient responsables d’une équipe de 3 à 6 enfants, appelés « Farias ». Tous travaillaient pour un patron.

L’argent récolté, était récupéré intégralement par le maître ramoneur. Et souvent, il battait les enfants pour prendre aussi leurs pourboires. Il était chargé de fournir des vêtements neufs, de leur donner un logement, une paire de chaussures et le matériel de travail. Quand ils rentraient, en mai, le maître reversait aux familles une somme d'argent, équivalente au prix d’un veau.

Malheureusement, il arrivait que les petits ramoneurs meurent de froid ou la tête fracassée lors d'une chute. Fréquemment, ils contractaient des maladies respiratoires et devenaient allergiques ou aveugles à cause de la suie.

Pour finir, les lois françaises de 1874 et de 1892, relatives à l’emploi des enfants, découragèrent les maîtres ramoneurs à employer tous ces pauvres enfants en bas âge et les obligèrent à changer leurs méthodes de travail.

Avec eux ont disparu ces migrations savoyardes, qui néanmoins survécurent quelques temps encore de l’autre côté des Alpes, chez nos voisins Piémontais.

Le ramoneur est un petit personnage sympathique
Beaucoup d’écrivains ont raconté l’histoire des petits ramoneurs, personnages débrouillards et sympathiques
Des gravures et des peintures le représentent
I1 apparaît dans des illustrés.
Après l’invention de la photographie, on trouvera des cartes postales qui le feront connaître.
Plus tard, le cinéma et la télévision raconteront leur histoire.

Et même une chanson a été écrite …

Le petit ramoneur
Paroles et musique de Jean-Michel Caradec (1978)


Si tu t'endors sans moi
Ne suce pas tes doigts
Ecoute un peu la voie
Des trains qu'on ne prend pas
Les petits ramoneurs
Ne sont jamais à l'heure

Si je ne reviens pas
Ne te suicide pas
Les petits fossoyeurs
Auraient trop mal au cœur
Je serai pas fier de moi
Si je mouille mes draps

Quand il fera grand jour
Mets ton jean de velours
Un nœud dans tes cheveux
Et du rose à tes yeux
Les petites filles modèles
Ne portent plus de dentelles

Si tu vois l'arc-en-ciel
Dans la nuit de Noël
Suis le dans le pays
Où la reine a vieilli
Elle n'a pas eu d'enfant
Appelle la maman

Et elle te contera l'histoire
D'un petit enfant noir
Qui perd tous ses cheveux
Quand il est amoureux
Si t'arrives assez tôt
Achète-lui un chapeau

Ça protège du soleil
Des piqûres d'abeilles
Des abracadabra
Et des mouches angoras
Si t'arrives assez tôt
Achète-lui un chapeau

Et le premier marin
Qui te prendra la main
Il te dira bonjour
Mais pas de mots d'amour
Blottis-toi dans ses bras
Tu sais tu m'oublieras

Et tu rentreras chez toi
Sans te sucer les doigts
Sans faire mal au cœur
Au petit ramoneur
Si t'arrives assez tôt
Achète-moi un chapeau

Ça protège du soleil
Des piqûres d'abeilles
Des abracadabra
Et des mouches angoras
Si t'arrives assez tôt
Achète-moi un chapeau

28/02/2006

Les métiers de nos ancêtres

Lors de nos périples, nous avons découvert tous ces petits métiers passionnants, pour lequels ces artisans prennent encore tant de plaisir à créer ..

. La Poterie en Bretagne




. Le ramendeur breton (Personne qui raccommode) les filets de pêche



. Le tailleur de pierres à fusil (le dernier en France) dans le Berry à Meusnes


Si vous frappez un silex contre un autre silex, vous obtiendrez de la poussière. Si vous frappez un silex contre de la pyrite ou du fer, vous aurez de belles étincelles. De ce raisonnement naquit le fusil à pierre, dès l'aube du XVII e siècle
Les plus beaux silex, blonds et durs, se trouvaient au bord de la vallée du Cher ; quatre villages se spécialisèrent dans la taille des pierres à fusil : Couffi, Lye, Meusnes et Châtillon-sur-Cher. Les caillouteurs s'en allaient creuser des trous, jusqu'aux couches de silex, à 15 ou 16 mètres de profondeur parfois. Le Lundi, ils remontaient les pierres pour la semaine. Cela leur prenait 4 à 5 heures ; quand leur chandelle s'éteignait, il leur fallait vite remonter , l 'air manquait d'oxygène. De retour chez eux, ils fendaient les blocs, les débitaient en lames, et ces lames, ils les taillaient en petits rectangles. Ceux-ci s'encastraient dans le chien du fusil ou du pistolet : ils frappaient sur un bassinet de fer, produisaient une étincelle qui mettait le feu au poudres. Des grossistes achetaient les pierres taillées par les caillouteurs, leurs représentants les proposaient aux armées de France et de Navarre. Les échantillons étaient fixés sur des plaques de carton, comme des boutons. Les modèles s'appelaient "Belle à deux mèches", "Grande fine et ronde", "Grand cul long", "Petite belle", etc.En 1820, un ménage façonnait 600 000 pierres par an. 800 personnes produisaient entre 100 et 200 millions d'articles. Les hommes mouraient jeunes, aveuglés par les éclats, les poumons silicosés -on disait la caillote-, usés par la pauvreté et le travail. Car si les grossistes étaient immensément riches, les caillouteurs restaient très pauvres. Pourtant personne, ni en France , ni ailleurs, ne parvint à égaler la qualité des pierres du Berry.La production dura jusqu'en 1928 : les fusils à pierre avaient été vendus aux indigènes des colonies. Quand ils se révoltaient, le gouvernement coupait l'approvisionnement en silex taillés. Sans armes à feu, ils étaient plus facile à mater.lire passionnément : Histoire de la pierre à fusil, de Jean Emy. Ce livre est vendu uniquement au musée de la Pierre à Fusil.


. La fabrication artisanale de la charcuterie en Corse

Si la charcuterie corse fait partie des meilleures charcuteries, c'est parce qu'elle est préparée de façon traditionnelle à partir de recettes ancestrales.
Prisuttu (jambon cru), salamu (saucisse fumée), coppa (échine), lonzu (filet), salsiccia (saucisson épicé) et le fameux figatelli (saucisse de foie) ... autant de plaisirs à découvrir !

l'artisanat dans les Vosges

Après un petit séjour dans les Vosges, et entre 2 balades dans la neige, nous avons rendu visite aux artisans locaux :

Ce département très boisé où l'artisanat est encore très présent. Principalement, on y trouve le travail du bois, mais aussi, bien d'autres matériaux ....
Allons à la découverte des petits artisans , artistes passionnés par leurs métiers

. les bibelots en cuivre sont réalisés par un plombier retraité passionné de cette matière

dans sa misérable boutique, l'artisan nous fait découvrir avec fierté , parmi une foule d'objets insolites, une reproduction miniature exacte de l'église du village.


. les bonbons de la Confiserie Bressaude


leur spécialité : les flocons de neige .. ce sont des noisettes grillées enrobées de sucre cristallisé !! un régal !!


. Création d'animaux en bois à "l'Orée du bois" à la Chapelle des bois
On déniche dans cette menuiserie artisanale des petits souvenirs et jouets en bois, mais on peut aussi admirer les décorations et peintures sur bois des bibelots ou meubles


. Une des rares Poteries

Cette citadine a préféré abondonné son métier le brouhaha des villes pour venir vivre de sa passion au coeur des Vosges, en créant de magnifiques poteries de toute beauté. Chaque pièce est différente et fabriquée au fil de l'imagination de sa créatrice ou du client.
Très belles pièces aux prix très abordables.


. La saboterie artisanale des lacs à Gérardmer
La saboterie des lacs est située au coeur du massif voesgien. Elle est le berceau d'un savoir-faire qui se transmet de père en fils. On peut assister au déroulement total de la fabrication depuis l'arrivée de la grume de bois jusqu'à la décoration finale des sabots.


Les machines sont encore d'époque et la finition se fait à la main

 
Accueil Blog50 | Créez gratuitement votre blog | Avec notretemps.com | Toute l'info retraite | Internet facile | Vos droits | Votre argent | Loisirs | Famille Maison | Cuisine | Jeux | Services | Boutique